Encore le loup me direz-vous ? Et bien oui, j’insiste ! Au cœur des débats depuis le retour du prédateur sur le sol français en 1990, la lutte entre l’homme et le loup ne date pas d’hier. C’est l’occasion pour les Archives départementales de sortir de leurs écrins ces quelques pépites du passé. Documents inédits, récits de chasse, anecdotes, contes et légendes, expressions populaires, topologie… le loup a laissé partout sa trace par-delà les âges et une telle exposition ne fait que rappeler que le canidé a toujours été présent non seulement sur nos terres mais également dans nos esprits.

Affiche de l'exposition

L’initiative d’une telle exposition revient aux Archives Départementales de Tulle (Corrèze). Il s’agit de faire de faire tourner sur tout le département cette exposition proposant une rétrospective de la présence du loup sur le territoire corrézien et des moyens mis en œuvre au fil des siècles pour lutter et se protéger du fauve.

Photo d'outilsLes mots de Pascal Coste, le président du Conseil départemental de la Corrèze sont très justes, et permettent de cerner parfaitement l’objet de l’exposition. Je lui laisse donc la parole : « Au-delà des histoires et mythes qui ont marqué les mémoires et les imaginations, cette réalisation des Archives départementales permet aujourd’hui de replacer dans son contextes historique la présence du loup en Corrèze et de s’interroger sur les traces qu’il a laissées dans notre département, aussi bien dans les mentalités (proverbes, croyances, contes et légendes) que dans le paysage (toponymie). »

Je dois souligner que, pour avoir travaillé sur le sujet et notamment sur la représentation de l’animal, le loup y est présenté sous différents points de vus à l’instar de ses perceptions au fil du temps, ce qui est assez rare pour être souligné ! Et ça fait plaisir ! Enfin une présentation qui nuance les propos et cherche véritablement à présenter l’animal tel qu’il est, en prenant en compte le temps qui passe, les mentalités, les contextes, mais également les milieux !

Page d'un manuscritRichement illustré de documents et d’objets divers, ce travail de recherche s’appuie abondamment sur des exemples locaux grâce au concours du musée d’archéologie et du patrimoine Marius Vazeille de Meymac et le Musée du pays d’Ussel. Mais son petit plus, c’est son partenariat avec le parc animalier des Monts de Guéret « les loups de Chabrières » qui apportent sa pierre à l’édifice par un petit documentaire présentant le comportement de l’animal et ses caractéristiques. Ceci est un précieux apport et permet à tous de comprendre que l’appellation de « nuisibles » n’est pas plus adapté au loup qu’à l’homme ! Il répond à son instinct naturel, comme nous : « Chaque espèce s’est fait sa place, et s’y tient dans le conflit universel des êtres. La nôtre agit de même »[1].

Visant un large public, cette exposition s’adresse à tous, notamment par l’effort du Musée d’Ussel de retranscrire et traduire les documents prêtés par les Archives départementales. Le visuel est également très agréable, et le documentaire du Parc Animalier accessible et parlant pour tous. On pourrait cependant déplorer le manque d’interactivité de l’exposition qui aurait pu attirer un public plus jeune.

Voir aussi Le loup en Corrèzede la « male bête à l’animal », catalogue d’exposition, Tulle, 2017, 95 pages. L’ouvrage peut être commandé en ligne, ici.

Pour s’y rendre : Exposition du 1er décembre au 22 décembre 2017, au Musée du Pays d’Ussel, 19 200 Ussel. Entrée libre et gratuite du lundi au vendredi 14h à 18 h. Ouverture exceptionnelle le 16 décembre de 14h à 18h.

Par Marielle Sarran. Titulaire d’un Master recherche en Histoire médiévale. Auteur d’un mémoire portant sur l’évolution de la représentation du loup de l’antiquité au Moyen âge.
[1] Edmond PERRIER, La vie en action, Paris, Flammarion, 1921 (1re éd.1918), p. 124-125.

One thought on “Une exposition de poils et de crocs, Ussel, Corrèze”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.