Abiogenèse : Terme regroupant les différentes théories expliquant l’apparition de la vie à partir de matière inorganique inanimée. En particulier l’ancienne théorie de la génération spontanée qui a été longtemps dominante et postulait par exemple que les asticots naissaient de la décomposition de la viande. Louis Pasteur a démontré que cette idée était fausse et elle n’a, aujourd’hui, plus aucun poids scientifique.

Anthropisation : Terme utilisé en géographie et en écologie et désignant la transformation d’espaces ou d’écosystèmes sous l’action de l’Homme. Il s’oppose au concept de naturalité.

Archéozoologie : Discipline scientifique visant la reconstitution des relations naturelles et culturelles entre l’Homme et l’animal. Elle est au croisement de l’archéologie et de la zoologie.

Bestiaire : Manuscrit médiéval regroupant des fables et moralités sur divers bêtes. A noter que certaines de ces bêtes sont aujourd’hui considérées comme relevant de l’imaginaire (dragon, licorne…) mais ce n’était pas le cas au Moyen Age.

Bio-écologie : Synonyme de science de l’environnement ou d’écologie en tant que discipline scientifique et non mouvement politique.

Biogénèse : Opposée de l’abiogenèse. C’est la création d’un être vivant par un ou plusieurs organismes vivants. En tant que théorie, elle s’oppose à la génération spontanée.

Biogéographie : Science qui s’intéresse à la répartition des organismes vivants sur Terre ainsi qu’aux raisons de cette répartition. Cette discipline a de multiples facettes.

Biomasse : Dans le domaine de l’écologie, il s’agit de la masse totale d’organismes vivants dans un biotope, un milieu de vie, particulier.

Céphalopode : Classe de mollusques apparus au Cambrien dont la tête est munie de tentacules ou bras. En font notamment partie les calmars, les seiches et les poulpes.

Domestique (animal) : Cet adjectif n’avait pas, au départ, le sens que nous lui connaissons actuellement. Formé sur le latin domus signifiant maison, il désignait au départ tous les animaux vivants dans la maison ou à proximité. Cela peut donc aussi bien regroupé les animaux de compagnie que le bétail ou certains animaux vivants dans le voisinage de l’Homme sans que cela soit de la volonté de ce dernier (souris, rats…). A noter que les insectes n’ont font pas forcément partie puisqu’ils sont souvent, au moins au Moyen Age, classés à part dans la catégorie des « vermines ».

Eco-histoire : Histoire de l’environnement, elle englobe la zoohistoire.

Ecocide : Destruction ou endommagement important d’un écosystème à cause de l’action humaine, par exemple par l’exploitation excessive.

Epigénétique : Discipline de la biologie qui étudie les mécanismes de modifications et de transmissions qui changent l’expression d’un gène sans entrainer de changement de l’ADN. Elle permet d’expliquer comment des traits peuvent être acquis et éventuellement transmis d’une génération à l’autre.

Ethologie : Science étudiant les comportements des espèces animales dans leur milieu naturel.

Extinction du Trias-Jurassique : Extinction de masse qui s’est produite à la fin du Trias, il y a environ 200 Millions d’années. Les raisons de cette extinction sont encore mal connues et pourraient être le résultat de plusieurs facteurs.

Fabliau : Dans la littérature médiévale, petite histoire en vers visant à faire rire. Elles sont souvent satiriques et peuvent avoir une portée morale.

Fixiste : Personne ou pensée postulant que les êtres vivants n’ont pas évolué et n’évoluent pas. C’est une vision qui s’oppose à la théorie de l’évolution et qui a longtemps été majoritaire. Cette vision peut aller de pair avec le créationnisme, qui postule que la vie a été crée par une entité supérieure, mais ce n’est pas toujours le cas.

Génération spontanée : Voir abiogenèse.

Hagiographie : Œuvre littéraire racontant la vie et l’œuvre d’un saint.

Héraldique : Désigne ce qui est relatif aux blasons ainsi que la connaissance et l’étude des armoiries.

Intaille : Pierre gravée ou taillée en creux dans la masse, elle s’oppose au camée qui désigne une pierre sculptée en relief.

Marginalia : Notes, dessins ou enluminures écrites en marge d’un codex, d’un manuscrit ou d’une lettre.

Paléozoologie : Domaine de la paléontologie étudiant les fossiles d’animaux et leurs traces.

Taphonomie : Discipline scientifique étudiant la formation de gisements fossiles ainsi que les processus intervenant depuis la mort jusqu’à la fossilisation d’un organisme.

Terraformation : Dans l’article de Florian Olivier, ce terme est utilisé pour désigner le processus par lesquels les êtres vivants ont eux-mêmes rendu la planète Terre habitable. Il s’agit aussi d’un concept utilisé dans le cadre de projet spatiaux pour rendre Mars habitable pour les personnes provenant de la Terre.

Thérapside : Ils font partie des premiers reptiles et ont, un temps, concurrencé les dinosaures. Ils ont évolués en différentes lignées, herbivores ou carnivores, et une de ces lignées a donné les mammifères. Ils ont anciennement été appelé « reptiles mammaliens ».

Transformisme : Théorie biologique rivale du fixisme. Elle postule l’évolution des espèces. Aujourd’hui on parle plutôt d’évolutionnisme ou de darwinisme.

Trilobite : Classe d’arthropodes (comme les insectes et les mollusques) qui a existé du Cambrien au Permien.

Zoohistoire : Littéralement Histoire des animaux. L’Histoire étant une science humaine, il ne s’agit pas ici de retracer les évolutions des espèces, de leur peuplement… Mais bien de s’intéresser à leurs rapports à l’Homme à travers le temps.

Zootechnie : Ensemble des sciences et techniques mises en œuvre dans l’élevage, la reproduction et la sélection des animaux.

Ere géologiques évoquées (par ordre chronologique) :

Ma : Millions d’années avant nos jours

Cambrien (environ 541 Ma – environ 485 Ma) : Plus ancienne période du Paléozoïque. Son nom dérive de Cambria, le nom latin du Pays de Galles où de nombreux terrains de cette période sont visibles. C’est durant cette période qu’apparaissent les trilobites.

Ordovicien (environ 485 Ma – environ 443 Ma) : Seconde période du Paléozoïque. Son nom fait référence aux Ordovices, un peuple brittonique de l’actuel Pays de Galle. C’est une période d’explosion de la biodiversité sur la planète.

Dévonien (environ 419 Ma – environ 359 Ma) : Quatrième période du Paléozoïque. Son nom vient du Devonshire en Angleterre. C’est notamment la période d’apparition des premiers requins.

Permien (environ 299 Ma – environ 252 Ma) : Dernière période du Paléozoïque. Son nom vient de la ville de Perm en Russie. Il est marqué par la plus sévère des cinq extinctions de masses survenues sur terre.

Trias (environ 252 Ma – environ 201 Ma) : Première période du Mésozoïque. Son nom vient des trois unités stratigraphiques dont il est constitué. Cette période voit notamment l’apparition des premiers chéloniens (tortues).

Jurassique (environ 201 Ma – environ 145 Ma) : Seconde période du Mésozoïque. Son nom vient du Jura. C’est le début de « l’âge d’or des dinosaures ».

Crétacé (environ 145 Ma – environ 66 Ma) : Dernière période du Mésozoïque. Son nom vient du latin creta signifiant craie, en référence aux vastes dépôts crayeux marins de cette époque. Elle se termine par une extinction de masse avec notamment la disparition des dinosaures non-aviens.

Cénozoïque (environ 66 Ma– encore en cours) : Troisième ère géologique du Phanérozoïque, encore en cours actuellement.

Anthropocène (Ere actuelle encore mal délimitée) : Terme popularisé par Paul Josef Crutzen, météorologue et chimiste de l’atmosphère, pour désigné l’époque géologique qui succéderait à l’Holocène. Elle correspond à l’époque caractérisée par l’impact global et significatifs qu’ont acquis les humains sur l’écosystème de notre planète. Elle est donc encore en cours actuellement mais son début et son existence même, en tant que période géologique à part entière, est encore sujette à débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.